Le Projet Majeur

Le présent magazine « NaMa » nous apparaît au loin tel un mirage d’oasis ou une caravane. Depuis l’origine, il traîne quelques chameaux le long d’un chemin plus balisé par l’âme des vents que l’esprit des hommes. Demeurent les mêmes finalités fixées a priori : d’abord publiciser la vie idéelle et artistique du continent, ensuite soutenir « panka-x ».

Les objectifs de la finalité première sont au nombre de quatre : un- concourir à la circulation des idées et promouvoir les ‘savants’ vivants, deux- rappeler le bénéfice du présent de la création contemporaine pour se fabriquer un projet d’avenir, trois- inciter à la méditation intérieure puis interpersonnelle, gage d’une implication personnelle et collective pour le développement holistique de cette chère Afrique et des africains , quatre- séparer le bon grain (solution) de l’ivraie (plainte), semer bien pour récolter beau et beaucoup.

Panka-x dont la première émanation palpable est « NaMa » est donc, pareillement et identiquement au service de l’intelligence mais spécialement par la promotion des sciences dures en général et des sciences de l’ingénieur en particulier. L’idée s’entend “institut panafricain“ de juxtaposition des sciences de l’ingénieur et de la philosophie du développement durable et communautaire. Avec Panka-x, nous tenterons de résoudre l’ « x » des équations nécessaires à une propulsion « afrofocalisée » dans la mondialisation. Ce, par le biais d’actions, de type compétitions et formations – recherche & développement : projets appliqués, orientées croissance communautaire d’abord. Afin dans un deuxième temps, de transférer les responsabilités du développement total : par la coopération sud-sud, l’innovation frugale et une forme de business spirit dédiée, à ceux à qui notre système a le devoir, d’hier à demain, de les transférer : les « élèves-ingénieurs » !

Toutes les prochaines actions, paroles et pensées de nos équipes via ces plateformes, seront orientées vers ces finalités et en priorité celles de panka-x. En comptant sur toutes les parties prenantes volontaires et les moyens numériques de bonne volonté, qui auront accepté de boxer sur le ring (et non japper en dehors), en considérant les règles du ring : de créer durable ! En considérant les connaissances en sciences physiques, mathématiques et biologiques ou informatiques : de générer de la nouveauté, au vu de baromètres esthétiques endogènes et indépendants.

Pourrons-nous compter sur l’action des hommes et des femmes de bien ?