Quantité et Quantique

 

Depuis longtemps la physique se transforme. Certaines de ses plus brillantes intelligences développent des idées qui relèvent presque de la métaphysique. La boite de pandore, à notre époque moderne, a bien évidemment été entre-ouverte par le plus célèbre d’entre eux : notre ami Albert E.

Le Sage contemplateur du temps ira jusqu’à énoncer une sentence qui doit sortir d’en dessous du boisseau : à choisir entre l’imagination et l’intelligence, il choisit la première : elle mène partout, elle soulève de nouvelles questions, elle peint un monde d’immenses curiosités.

Si l’on s’en tient à la Table d’Émeraude : la physique quantique nous apparait comme le bras de la physique qui apprend à l’homme, l’humilité la plus stricte, en ceci que l’infiniment petit s’épanouit à l’image et à la ressemblance de l’infiniment grand. Au milieu, qu’est-ce donc que l’homme ? Une créature qui doit rêver, se réveiller et apprendre dans le grand livre muet ! Apprenant à mesurer les quantités puis se perdre dans la l’outrance quantique !

 

*                            *                             *                            *

*                            *                             *

 

 

 

Axel NKOUNAWA
Cameroun
Matheux   – Enseignant

 

A- Bonjour Monsieur, Qui est NKOUNAWA ?

NKOUNAWA Axel je vis au Cameroun depuis 5 ans après avoir passé plusieurs années hors de mon pays. Je suis actuellement professeur de Mathématiques au Lycée Français de la ville. Je rêve de voir mon pays ainsi que toute l’Afrique au-devant de la scène internationale non pas pour ses guerres mais pour des recherches/découvertes, des progrès scientifiques et techniques qui profiteront à tous les Africains. Je suis marié et papa de 2 enfants. J’ai 31 ans. Je suis protestant baptisé et confirmé. Concernant mon CV (si besoin est) j’ai eu un baccalauréat S, puis j’ai obtenu une Licence en Mathématiques et par la suite j’ai appliqué les mathématiques à la finance (les produits dérivés).

 

1* À quoi sert la physique en général (A) et l’enseignement de la physique en Afrique où la recherche fondamentale manque de financement (B) ?

La physique fait partie des sciences expérimentales et devrait revêtir un caractère fondamental dans le cursus scolaire de collégiens et lycéens. Comme toutes les sciences, elle entraine ces élèves à la rigueur du raisonnement scientifique, à la déduction, à la démonstration et la vérification avec cette particularité qu’on peut toucher, manipuler, expérimenter

On trouve malheureusement très peu d’établissements dotés de laboratoires où les élèves pourraient à travers l’expérimentation valider ou non une conjecture…. La physique sans expérience devient donc une science formelle.

 

L’imagination est plus importante que la connaissance. Car la connaissance est limitée, tandis que l’imagination suscite l’évolution

 

2* De l’intelligence ou de l’imagination: quelle est la dimension privilégiée par le système éducatif dans votre pays et comment appréciez-vous cette orientation ?

Notre système éducatif privilégie sans aucun doute l’intelligence à l’imagination. Est-ce un choix ou une contrainte ? Je ne pourrais y répondre. Mais pour des sciences expérimentales, il n’y a pas meilleure apprentissage que par l’expérience sensible.  Imaginez-vous un enfant à qui on souhaite apprendre à taper sur un clavier mais d’une part qu’il n’en voit jamais un  et d’autre part qu’il doive à chaque fois se l’imaginer ? Comment traiter des phénomènes de propagation d’ondes sans que les élèves ne manipulent des oscilloscopes !

Ils manipuleront les formules sans véritablement comprendre le phénomène en lui-même.

 

3* L’enseignement de la physique intègre-t-il la question/préoccupation d’Einstein à propos de l’imagination au secondaire dans votre pays, ou principalement l’intelligence des formules ? Pourquoi ?

Einstein disait ceci : L’imagination est plus importante que la connaissance. Car la connaissance est limitée, tandis que l’imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l’évolution.

Et pour répondre à votre question, je pense que NON. Beaucoup d’ingénieurs dans notre (NDLR : nos ?) pays sont dans les bureaux, ils sont des consultants, ils font des calculs… au lieu de montrer l’exemple sur le terrain et de mettre en pratique leurs diverses expériences et expertises.

Au secondaire, nous formons des élèves bons en calculs, bons pour retenir des formules mais moins à l’aise quand il s’agit de résoudre un problème concret, problème nécessitant l’utilisation de ces même formules ? L’art en physique consiste justement à pousser l’élève à se souvenir de la bonne formule face au bon problème.

Exemple de situation : On a rempli devant les élèves quatre bouteilles identiques avec du butane, du dichlore, du dioxygène et du gaz carbonique. Dans les bouteilles, les quatre gaz sont à la même pression et à la même température (valeurs locales). « Selon (toi), ces bouteilles contiennent-elles le même nombre de molécules? Si oui, explique pourquoi. Si non, quelle est celle qui en contient le plus grand nombre et pourquoi ? ».

Consigne donnée à chaque élève qui devait fournir une réponse écrite (travail individuel durée: 5 min.)

Il s’agit ici de mettre en évidence la Loi d’Avogadro.  Testez une dizaine d’élèves du secondaire et essayez de voir les réponses !

 

4* Pensez-vous que si la physique enseignée (secondaire et universitaire) développait plus la liberté de l’apprenant à rêver, au même titre que l’art ou la littérature, nous produirions plus de philosophes prolifiques, d’artistes spéculateurs, aidant à faire croître l’intelligence collective + vite ?

Si par intelligence collective vous entendez ouverture d’esprit sur ce qui nous entoure et sur le monde extérieur je dirais OUI. La philosophie est une science du questionnement. La physique est une science de l’expérimentation. Plus on fait d’expériences, plus on a envie d’en faire pour valider ou invalider des conjectures, donc de nouvelles questions apparaissent autant que de nouveaux objectifs et des pistes de résolution.

Il ne s’agit pas simplement de rêver parce qu’il faut être capable de justifier ses résultats auprès de la communauté scientifique mais le rêve en lui-même nous pousse à nous interroger sur ce qui est vrai ou pas, sur ce qui est réel ou pas…

Nous sommes sans ignorer le nombre de philosophes à la fois scientifiques et artistes ou littéraires.

 

5* La physique quantique avec ses méthodes, objets et postulats relève-t-elle encore des sciences dures ou plutôt de spéculations mystico-philosophiques pour esprits + rêveurs que matérialistes ?

La physique quantique s’intéresse aux atomes, aux particules. Est-ce qu’à travers l’expérimentation, on peut étudier les plus petites particules possibles et ensuite établir des résultats scientifiques probants ? Je dirais qu’en théorie oui jusqu’à ce qu’on soit à nouveau bloqué. Je pense que la connaissance est quelque chose de limité dans le temps.

 

6* De la qualité de l’enseignement des sciences dépendent-ils l’attrait pour le futurologique, la didactique (du rêve) et la valeur accordée au développement technologique en Afrique ? Sont-ce les prochains défis de l’Université ? Sur quoi, selon vous, mettre un accent pour y arriver ?

Pour ma part, les défis sont simples :

1- Équiper les établissements de matériels adaptés et de bonne qualité,

2- Former le personnel qui devra utiliser ce matériel et,

3- Rapatrier nos «cerveaux » qui sont à l’étranger ; pour faire nos recherches sur place en fonction de nos besoins.

Voilà quelques axes qui doivent être mis en place rapidement pour que perdure la qualité de nos enseignements et qu’on puisse garder nos intellectuels africains en Afrique.

 

La philosophie est une science du questionnement.

La physique est une science de l’expérimentation.

 

7* Qui sont : a- votre physicien préféré et b- le physicien africain que vous suivez ?

Vous l’avez cité plus haut, il s’agit d’Albert Einstein avec sa théorie sur la relativité car elle a été une théorie révolutionnaire et aussi parce qu’une légende raconte qu’il aurait raté 7 fois  le baccalauréat (rires) avant de le réussir mais en réalité il souffrait de dyslexie et n’était pas du tout d’accord avec le rythme scolaire classique.

Malheureusement je ne suis aucun physicien africain.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s